…pour l’avenir de nos enfants

Partir est un sacrifice, et tout sacrifice implique une part de douleur intérieure que ressent celui qui le fait. Cette atroce souffrance que ce départ engendre fait naitre une nouvelle détermination, un indéfectible dévouement et un devoir moral de poursuivre son rêve jusqu’à son aboutissement absolu. Un matin, certains sous la canicule, d’autres sous la pluie, vous avez sorti vos valises et pris le chemin de vos rêves. Le cœur étreint par la douleur de la séparation, vous avez laissé derrière vous tous ceux que vous aimez plus que tout, dans l’espérance de lendemains meilleurs. Une fois chez eux, en Europe, Lire Plus→

Chez les Ivoiriens

L’humour (sans exagérer et pour paraphraser Edouard Herriot ou André Malraux), c’est la dernière chose qui restera à l’Ivoirien quand il aura tout perdu ; y compris sa paix arrachée de force par une décennie de guerre, sa tranquillité arrachée par une attaque terroriste meurtrière sur une plage bondée de gens exprimant leur joie de vivre. C’est ce sens de l’humour qui a conduit à la création de ‘concepts’ qui, accompagnés de musique, une autre identité de ce peuple, devient une danse. C’est à croire que l’Ivoirien est condamné à vivre heureux tant il trouve en chaque situation une opportunité d’exprimer Lire Plus→

Réponse à une Cuisine en colère

Ma Chère Cuisine, Je suis vraiment navré pour tous ces jours de souffrances morales que je t’ai fait subir ­—de façon vraiment involontaire. Cependant, je tenais à relever quelques écarts de langage dans ta lettre. Comment oses-tu qualifier les fast food de cette ville de « vilains trucs », hein ? Tu veux donc dire qu’il est difficile pour l’étranger de s’adapter à la nourriture locale dans cette ville ? C’est quoi cette jalousie de femme enceinte qui te pousse à être si violent au point d’en vouloir tant à ta co-locatrice, la douche ? Où aurais-tu voulu que je dépose la poubelle, dans mon salon Lire Plus→

Lettre d’une Cuisine en colère

Cher Emile, J’ai voulu te parler face à face, mais compte tenu du degré de ma colère, je pourrais perdre mon sang froid et te gifler sur la joue droite pour faire voler en éclat tes 64 dents noirs qui pullulent dans ta vilaine bouche que tu utilises pour manger dehors là. Toutefois, moi je ne suis pas si violent que toi, oui, parce que violent il faut bien l’être pour faire subir à sa voisine de cohabitation pareille torture morale. J’ai donc résolu de t’écrire une lettre pour te dire combien j’en ai marre d’être négligée dans cette maison. Lire Plus→

Voici comment le singe a fini dans la sauce graine

Il y a longtemps, très longtemps, les hommes et les animaux, tout type compris, vivaient libres ensemble en ville. L’homme jouait si bien son rôle de maître protecteur des créatures de Dieu sur terre qu’il en était bien récompensé. Il mangeait à sa faim et buvait à sa soif. Il vivait loin du péché jusqu’à ce que la tentation ait raison de lui et que le péché devienne sa seconde nature ; c’est alors que tout commença à manquer puis, progressivement, s’installa la famine. N’ayant plus à manger, il s’empara des animaux l’un après l’autre créant ainsi l’inimité entre ceux-ci et Lire Plus→

Comment je me suis retrouvé face à un gay à l’hôtel #2

Au bas du deuxième escalier, scotché à mon smartphone, je lisais mon dernier email afin d’avoir plus de temps pour « discuter » avec Grégoire quand une voix m’a fait sursauter. « Alors… Emile, vous êtes là ! Venez avec moi. » Oui, c’était le Grégoire d’hier dans son jean et t-shirt et moi, plus décontracté que la veille, dans un polo et un jeans le sac contenant mes œuvres achetées au dos. J’ai rangé mon téléphone et sans m’en rendre compte j’ai SOUri, puis je me suis rappelé les compliments de la veille et là j’ai SUri. Dans sa chambre, assis à distance raisonnable, Lire Plus→

Comment je me suis retrouvé face à un gay à l’hôtel #1

Ce billet, j’ai hésité pendant longtemps avant de l’écrire pour trois raisons. D’abord parce que l’histoire peut sembler banale pour certains. Ceux-là n’ont pas tord. Ensuite, parce qu’elle peut paraitre, pour d’autres, une preuve de ma naïveté. Je les comprendrais. Enfin, parce qu’elle peut sembler, pour d’autres encore, trop personnelle pour être racontée ici. Je comprendrais également ces derniers. En règle générale, je parle peu des choses trop personnelles sur mon blog parce qu’être toujours le héro de ses billets fini par avoir un arrière goût d’égocentrisme et l’un des mérites que cela a c’est de plonger ses lecteurs dans Lire Plus→

EN 2015, pour mes lecteurs : je souhaite ceci…

2015 s’est offert à nous avec son terrain inexploré attendant de chacun effort et audace pour y semer le grain de sénevé. Il fallait donc se préparer, et chacun l’a fait. Il fallait l’aborder et chacun l’a abordé, à sa manière. Aujourd’hui, nous sommes tous embarqués dans le train de l’histoire, déterminés à écrire une page de plus de notre vie. Les plus conscients s’évertueront à écrire leur histoire Lire Plus→

Petit Papa Noël, voici ce que tu dois savoir avant de venir…!

Cette année comme l’année dernière, tout comme depuis Mathusalem, tu descendras du ciel les mains chargées de cadeaux pour distribuer aux bons élèves de la classe. Aux plus mauvais, tu donneras des coups de botte dans le cul pour qu’ils aillent se faire fouiller la couille par les cafards. Lire Plus→

CHRONIQUES DES TEMPS NOUVEAUX : UN AN DE PLUS…. avec peines !

Il y a un an, à la « célébration » du 1er anniversaire du blog, notre espace commun de rencontre et d’échange, je vous faisais, vous mes lecteurs à la suite d’une petite enquête initiée visant à vous donner l’occasion de faire vos suggestions d’amélioration, un ensemble de promesses. Une année après, c’est-à-dire AU DEUXIEME ANNIVERSAIRE, il me parait moins superflu d’y revenir pour souligner les promesses réalisées et regretter celles qui ne l’ont pas été. Fréquence des billets : Je promettais au moins un billet par mois. J’étais à 46 billets à la même date en 2013. Aujourd’hui j’en suis à 72 Lire Plus→