CHRONIQUES DES TEMPS NOUVEAUX : UN AN DE PLUS…. avec peines !

Chroniques des Temps NouveauxIl y a un an, à la « célébration » du 1er anniversaire du blog, notre espace commun de rencontre et d’échange, je vous faisais, vous mes lecteurs à la suite d’une petite enquête initiée visant à vous donner l’occasion de faire vos suggestions d’amélioration, un ensemble de promesses. Une année après, c’est-à-dire AU DEUXIEME ANNIVERSAIRE, il me parait moins superflu d’y revenir pour souligner les promesses réalisées et regretter celles qui ne l’ont pas été.

  • Fréquence des billets : Je promettais au moins un billet par mois. J’étais à 46 billets à la même date en 2013. Aujourd’hui j’en suis à 72 soit, seulement un peu plus de la moitié. C’est autant dire que je n’ai pas honoré mes engagements sur ce point.
  • Thème du blog : Je promettais de changer le thème du blog pour le rendre facile à utiliser. Il a bien changé et celui-ci semble plaire. Je m’en réjouis.
  • Organisation du site : Je promettais d’améliorer l’organisation du site (choix des couleurs, positionnement des rubriques/onglets etc.). Il peut être mieux présenté qu’il ne l’est actuellement, mais ici également, il y a eu une nette amélioration. Ça réjouis forcement !
  • Interview : Je promettais d’aller à la rencontre des lecteurs en leur donnant la parole à travers des séries d’interview. A ce jour une seule interview a été réalisée. Juste dommage !
  • Biographie de l’auteur : Suite aux propositions d’amélioration, elle a été revue mais il reste aussi qu’il faut savoir rester sobre pour ne pas étaler nécessairement son CV pour ses lecteurs.
  • Pertinence des sujets abordés : Je crois avoir dit moins de choses insensées. Il appartient aux lecteurs d’en juger.
  • Diversification des billets sur l’actualité en Afrique de l’Ouest : J’ai essayé au mieux de diversifier les sujets. Ainsi, je suis allé de la politique au sport en passant par la religion. La société est restée le sujet dominant.
  • Style d’écriture (ton) : Parfois, je n’ai pas forcément plus par mon ton jugé trop sec. Mais très souvent j’ai réussi à faire marrer un nombre important de gens qui me l’ont témoigné. Je m’en réjouis particulièrement pour avoir offert des moments de gaieté.
  • Ebook : Je promettais de sélectionner et compiler en ebook, mes meilleurs, disons les billets les plus lus, pour partager gratuitement aux fidèles, j’ai finalement pensé à une autre alternative. Attendre d’en avoir assez et pourquoi pas en faire un bouquin ou tout simplement écrire une œuvre (nouvelle, roman…) pour l’heure, ce fut une promesse non tenue mais qui reste d’actualité !
  • Proposition d’Article des lecteurs sur le premier blog : J’ai ouvert le cadre de mon premier blog aux lecteurs. Mais je n’en ai pas fait une priorité au point de n’avoir eu aucune proposition quoique certains ait apprécié la proposition et promis de suggérer des billets.
  • Newsletter : Je n’ai malheureusement pas tenu cette promesse car visiblement le thème actuel du blog ne le permet pas. Mes tentatives sont restées vaines. C’est dommage mais j’essaie de trouver une alternative. J’espère y parvenir !

Ceci n’est pas un billet en soit mais un témoignage, encore une fois, de l’intérêt que j’accorde à chaque lecteurs et à la minute qu’il consacre à mon.

Au-delà d’être un espace d’expression personnel, mon blog, je le veux un espace de coworking, de rencontre d’échange d’idée et de projet.

Pour moi, en chaque homme réside un potentiel énorme et unique à explorer. J’ai ce que vous n’avez pas parce que vous avez ce que je n’ai pas. En vous donnant, je m’enrichis parce que je reçois.

Amitiés.

Post Scriptum

En ces moments si difficiles que traverse le pays, « le Burkinabe, Bela que je suis» éprouve de la peine, beaucoup de peines! Mes pensées vont à l’endroit du peuple burkinabè dans son ensemble, des ami(e) et de mes lecteurs et lectrices du Burkina Faso, le pays des hommes intègres.

Aujourd’hui, Vendredi 31 Octobre, 2014 le temps semble y avoir suspendu son vol. Le pays tourne une nouvelle page de son histoire émaillée de violences avec son cortège de mépris, de misère et de deuil. Aujourd’hui, il part. Blaise Compaoré. Entré par la petite porte dans l’histoire de son pays, il en sort par la fenêtre. C’est comme si le Burkina cessait d’exister pour les jeunes de mon âge qui l’ont trouvé au pouvoir. Mais non ! Il y aura des hommes tout aussi valeureux pour poursuivre le combat entamé depuis des décennies, dans la douleur, mais aussi dans la dignité, sans crainte des incertitudes du lendemain.

Quand on est burkinabè, on n’a pas peur du travail !

Quand on est burkinabè, on n’a pas peur de l’adversité !

Quand on est burkinabè, on sait une chose, ça sera difficile, mais pas impossible : la marche vers le progrès, vers le développement !

Puisse la sagesse habiter les uns et les autres de sorte à protéger les biens publics et à préserver les vies humaines !

Puisse le calme et la paix, préalables à tout développement, revenir au Burkina pour que vive le FASO « la terre de nos pères »!

A la tâche sans relâche !

2 Des réflexions sur “CHRONIQUES DES TEMPS NOUVEAUX : UN AN DE PLUS…. avec peines !

  1. Je souhaite un très Joyeux Anniversaire à:CHRONIQUES des TEMPS NOUVEAUX pour ces deux ans d’existence sur Mondoblog.Tu as su gardé au fil du temps cette touche à l’ivoirienne dans l’écriture qui fait ta particularité entre mi-humour et mi- sérieux.Pour la rubrique INTERVIEW:je veux bien me pretter à cet exercice de style avec ton accord bien sure.Une NEWSLETTER serait vraiment la bienvenue pour conserver tes billets.

    • Excellent!!!!
      Déjà que tu accepte l’interview je vais me preparer pour mes questions! je te recontacte un peu plus tard.
      Merci d’être l’une des fidèles lectrices de Chroniques des Temps Nouveaux. L’aventure continue avec toi et bien d’autres!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*