Même en enfer, on est heureux… qui sait ?

Pharrell-Williams

Pharrell-Williams

L’idée d’écrire ce billet m’est venue en prélude à la journée mondiale du Bonheur ou « Happiness day »  pour expliquer aux nuls ce en quoi consiste cette journée parmi cet embouteillage de journées mondiales célébrées par an. Mais occupé que j’étais à préparer une autre journée non moins importante dite de procrastination, célébrée le 25 mars, je n’ai pu l’achever à temps, j’ai donc procrastiné. Je commence donc par vous expliquer terre-à-terre ce que la seconde veut dire avant de retourner sur la première. « Procrastination » vient du verbe « procrastiner », qui peut vouloir dire « castiner en pro » mais ici, signifie « reporter, remettre à plus tard ». Défini ainsi, pour les nuls, procrastiner voudrait simplement dire : Ta mère est malade et doit être transférée d’urgence à l’hôpital ? Demain! Un rapport à rendre ? Demain! Lors d’une dispute ton adversaire te gifle tu veux répliquer ? Ça peut attendre demain ! Un entretien d’embauche à 8 heures, ça peux attendre à 10 heures.

La journée mondiale du Bonheur, elle, se définit simplement : c’est le jour où tous les êtres humains doivent se réjouir de leur sort. Le pauvre devrait être fier de sa pauvreté, l’aveugle de sa cécité, le cocu d’avoir été cocufié. Ce jour, il est demandé à l’affamé de jubiler pour sa faim, à l’épouse cocufiée de laver les pieds de la maîtresse de son époux. En principe ce jour, Bassar El-Assad n’avait pas le droit de pilonner son peuple, Vladimir Poutine d’arrimer la Crimée “par la force” à la Russie, Boko Haram de faire exploser les têtes innocentes des chrétiens réunis dans une église au nord du Nigeria. Ça aurait été ce jour, le Vol MH 370 n’aurait pas disparu du ciel malaisien, Ben Laden aurait déjeuné à la Maison Blanche. Tout ça parce que tout ce qui vit et respire ce jour est heureux.

Mais démontrant cette même hypocrisie qui les anime le 1er janvier de l’année, les hommes ont été heureux le 20 mars sans savoir pourquoi, ni même comment en attendant de l’être encore l’an prochain. Le but de cette journée, m’a-t-on dit, est d’«envisager d’adopter la croissance économique dans une optique plus large, plus équitable et plus équilibrée, qui favorise le développement durable, l’élimination de la pauvreté, ainsi que le bonheur et le bien-être de tous les peuples». Cela veut simplement dire faire en sorte que tous vivent mieux. Mais puisqu’il s’agit d’«envisager d’adopter» et non «adopter», ils ont envisagé en 2013 que nous vivrons tous mieux en 2014, sans y parvenir. Personne ne leur en voudra puisqu’«envisager» c’est émettre un vœu. Or, le vœu peut se réaliser comme ne pas l’être. Ils ont ainsi été heureux sans nous. Ils ont porté leurs nouveaux habits des jours de fête, préparé leurs sempiternels discours de bonne volonté, gesticulé de la main. Ils ont rappelé la charte des Nations unies et le droit inaliénable à la vie et au bonheur dont jouit chaque être humain. Ils ont demandé aux  Nord-Nigérians d’être heureux en comptant leurs morts, aux Sud-Soudanais d’être heureux le ventre creux, aux Centrafricains d’être heureux en se tailladant. Ils ont été heureux eux-mêmes sans doute de l’incohérence entre leurs discours et la réalité du terrain.

J’ai demandé à mon ami Grégoire ce qu’était pour lui la Journée mondiale du Bonheur. Il m’a répondu que c’était sans doute le jour où Dieu avait créé la femme puisque selon lui il n’y a que cet être dont la présence procure le vrai bonheur. Adam vivait seul dans son jardin, mais était si malheureux à la vue des animaux s’accoupler que Dieu décide d’envoyer Eve pour que son bonheur soit total. Eve, peut-être une fille moche incapable de susciter l’envie même chez un acteur de porno, n’aura pas mieux fait que d’empirer le malheur d’Adam. Nous payons tous aujourd’hui pour sa légèreté et pour la faiblesse d’Adam.

C’est autant dire que notre propre malheur réside dans ce que nous choisissons comme source de bonheur. Le peuple centrafricain subit les affres de la guerre du fait de son choix de ses dirigeants. Les Ivoiriens continueront de voir des malades mourir par manque de soin dans les hôpitaux quand leurs chefs iront faire contrôler leurs dents au Maroc ou faire soigner leur sciatique en France. Les Guinéens manqueront toujours d’électricité tant qu’ils mettront trois années à organiser une simple élection législative d’un jour pour des intérêts mesquins et égoïstes…

Cette année, la célébration de la journée mondiale du bonheur a eu pour parrain, l’artiste-chanteur, auteur-compositeur, entrepreneur, lauréat des Grammy Award, producteur, Pharell Williams qui a conquis le cœur des mélomanes à travers son titre « Happy » tiré de son album GIRL.

Les internautes du monde s’en sont approprié et ont créé le concept qui fait le buzz actuellement sur la toile, “Happy From”. Chaque pays est Happy malgré ses malheurs. Le Bénin est en ébullition, mais Happy. Le Burkina tangue, mais Happy. La classe politique ivoirienne est divisée, le coût de la vie grimpe, mais on y est Happy. Le but est de montrer qu’on est heureux où que l’on vit, peu importe comment l’on y vive et quel que soit ses malheurs. Tout ça, c’est bien, parce que le bonheur est relatif, parce que même en enfer aussi, on est heureux… qui sait?

32 Des réflexions sur “Même en enfer, on est heureux… qui sait ?

      • Slt Emile! Une observation pour vous! L’objectif et l’orientation et l’accroche de vos poste doivent se faire loin de telle expression »Meme en enfer on est Heureux…qui Sait? » Bien de personnes savent justement…Pour l’amour que j’ai pour vous évitez de telles approches.

        Fraternellement.

        • Salut Franck,
          J’essaie de comprendre ce que tu dis. Je crois que tu y vois une tendance à blasphémer. Tout sauf ça, moi-même étant d’obédience chrétienne.
          Dans un texte, il faut plutôt lire entre les lignes. Ici, l’enfer c’est quoi? Quand vous aurez compris, vous comprendrez le titre…

          • J’ai adoré, même le titre…
            Le bonheur universel, à la sauce Pharell Williams comme à la sauce macdonald continue de me rendre… un peu triste.
            mais c’est que je dois un être un “infernal” grincheux.
            🙂

  1. J’ai appris un Nouveau Mot »Procrastiner ».Je procrastine souvent par manque de temps.Pour le Concept Happy dont le Monde Entier s’est emparé et chacun en y mettant sa touche Personnelle.J’ai surtout aimé cette Energie Nouvelle de positivisme pour aller de l’avant.Le ton de ton article est ironique,cher Emile.En te lisant,je souris en meme temps.

    • ahahahah! Ma chère Rita, tu me rend Happy! Donc tu ne savais pas ce que signifiait « Procrastiner »? bah, tu le sais desormais alors ne procrastine plus ta décision de partager mes billets et d’inviter tes contacts à aimer ce blog…
      Amitiés, ma grande.

  2. Cher Emile, on a pas le choix. Si non, lorsqu’on se rend compte au réveil le matin qu’on respire, c’est-à-dire qu’on s’est réveillé; on ne peut qu’être heureux. Rendre simplement grâce à Dieu qui est le seul faiseur de miracle.
    Merci pour ce billet!I’m happy from Africa!!!

  3. euh………c’est à dire que j’ai oublié d’être happy le 20mars, puis-je procrastiner??? lool
    Soyons toujours heureux…la tristesse et la colère n’y changent rien….
    Thx mon frère

    • Je suis versé par terre, Anne tu es le last! tu as osé oublié d’être Happy le jour du Happy?! Toi tu as atteinds un stade avancé de procrastination. Tu devrais te faire désintoxiquer. ahahaha!
      Merci d’être passée, ma chère et Abientôt pour un nouveau billet!

      Amitiés

    • Ahahahaha, i like that: « My brother from another mother » so funny!
      Merci d’être passé mon cher Pawel, je suis Happy que tu es Happy aussi.
      Abientôt pour un nouveau billet….!

      Amitiés

  4. Super cool ton blog. Affaire à suivre quant à la notion de happy day. En ce sens que sous nos cieux, beaucoup de mortels à l’instar de votre humble serviteur, n’ont pas besoin de décret pour se jouer au quotidien, et à guichets fermés mon cher Bella…

    • Cher aînés Serges, c’est un plaisir de te voir ici. Tu fais bien de dire que nul n’a besoin de décret pour être happy. Il faut juste accompagner ces décrets de faits, d’actions.

      Merci d’être passé et Abientôt pour un nouveau billet.
      Amitiés

  5. Toujours du plaisir en te lisant. Donc tjrs happy mon cher Emile.
    Mais encore une fois le fond est très instructif. Ce qui me marque l’esprit dans chacune de tes publications, et je sais tjrs pas comment tu fais pour y parvenir, c’est ta capacité de faire voyager tes lecteurs à travers le monde. Si tu m’assurer une publication hebdomadaire mon cher ami je m’en passerai de la presse internationale les jours de la semaine et n’attendre que ton texte pour en tirer en même temps cette revus des faits saillant que tu fais mieux que les professionnels de la communication. Mon Dieu comme j’adore ton style! je me sen même nul en te lisant……
    J’espère que tu pense déjà à écrire un livre. Loin de me constituer en jury de mémoire mais je crois que c’est l’étape que tu dois penser franchir maintenant. Penses y mon cher!

    • Waouuu, je suis Hyper HAPPY pour ce commentaire si touchant!
      Merci infiniment cher ami et Frère. Tant qu’on a des gens comme toi qui vous lisent et vous encouragent, on a toujours l’envie de faire plus! La suggestion d’un livre revient plusieurs fois chez mes amis. Je crois que je dois prendre ça au sérieux!!
      Merci d’être passé et Abientôt pour un nouveau billet!
      Amitiés

    • Mon Cher DEBELLAHI,
      si tu as aimé, moi je ne peux qu’être HAPPY!!!

      Merci d’être passé et Abientôt pour un nouveau billet.
      D’ici là, je te souhaite davantages de Happiness days!

  6. Cher Émile, mes félicitations rejoignent ceux de Mame Mor Mbaye. Ton style s’affine de plus en plus et tes qualités morales apportent beaucoup à la valeur de tes écrits. Le mieux pour être happy, c’est de ne pas faire en sorte que notre joie dépende des circonstances, sinon on ne sera jamais heureux. C’est une sorte de joie intérieure qu’il faut cultiver. Le monde ci-bas sera toujours fait de hauts de bas, surtout avec les mauvais choix que nous faisons, comme tu le soulignes si bien. Mais ne nous lassons pas d’oeuvrer dans le bon sens.
    Porte bien frère, i am very proud of you !

    • NathyK ma grande,

      Je suis happy de te voir Happy. On est donc happyyyyy!
      Merci pour les mots forts à mon égard…
      L’idée que le bonheur est tributaire aux conditions intérieures à l’homme est on ne peut plus vraie. Il y a donc de quoi y faire attention pour mieux le cultive. Sauf que les politiques, notamment ont la responsabilité (que nous leur confions) de créer ce que les anglophones appellent « The enabling environnement » qui est l’ensemble des facteurs pouvant favoriser ce bonheur!

      Merci d’être passé et Abientôt pour un nouveau billet.
      D’ici là, je te souhaite davantages de Happiness days!

  7. Très beau billet! Je crois que parfois, le bonheur ne tient pas à grand chose,il nous appartient. C’est comme cela que je perçois la chanson de Pharell Williams et les versions mondiales de son clip : un sourire, une musique, un mot doux de quelqu’un qu’on aime… C’est dans ces petites choses simples que l’on trouve (souvent) notre bonheur. Quant-a savoir si l’argent fait le bonheur, ou si les cocufiés, les laissés pour compte, ou les sacrifiés peuvent le trouver,disons qu’ils sont les facteurs inconnus de l’équation, sur lesquels nous n’avons de toute façon pas beaucoup d’emprise. Mais ne soyons pas naïfs pour autant!

    • Pascaline, c’est d’abord et surtout un privilège de t’avoir ici et de savoir que tu es Happy pour ce billet.
      Comme tu l’as si bien souligné le bonheur vient avant tout de l’intérieur. C’est cependant, les conditions dans lesquelles nous vivons qui nous, soit ôte le bonheur, ou le donne.
      Nous avons donc intérêt à surveiller nos choix, politique, social et autres pour ne pas compromettre notre bonheur intérieur qui détermine le reste…
      Merci d’être passé et Abientôt pour un nouveau billet.
      D’ici là, je te souhaite davantages de Happiness days!

  8. abcdetc,
    comme j’aime ton pseudo…lol
    Je suis content que tu sois Happy en lisant ne serait-ce que même le titre!
    Merci d’être passé et abientôt pour un nouveau billet!
    Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*