Lettre à « Bla-têh » ma future épouse: Traite-moi comme ton époux (1ère Partie)

Cédit Image: courrierlaval.com

Cédit Image: courrierlaval.com

Chère Bla-têh

L’une des raisons, je pense, pour lesquelles les conjoints vivent en concubinage pendant un moment avant de se marier c’est pour s’étudier mutuellement. Et notre relation n’en n’est pas différente.

 Mais quelle est l’essence du concubinage si l’on ne parvient pas à avoir la moindre idée de ce à quoi ressemblerait son mariage avec son éventuel mari ou femme ?  Je commence à me soucier du fait qu’après toutes ces années de vie commune avec toi, je ne peux me faire une image virtuelle de ce à quoi ressemblerait notre mariage.

 Chaque fois que ton attitude envers moi m’irrite, tu es toujours prompt à me rappeler que nous ne sommes pas encore mari et femme. « Je ne suis pas ta femme », tu me disais. «  Nous ne sommes qu’en concubinage et comme tel, je ne peux te traiter comme mon époux »

 Bla-têh, voici où, je pense, tu te trompe. La ligne entre les devoirs en tant que fiancée et ceux en tant qu’épouse est aussi fine que le bord d’une lame de circoncision. Les devoirs sont presque les mêmes et le plus tôt tu apprends à faire face à cette implacable réalité, mieux c’est pour nous.

 Je suis bien conscient qu’il y a certaines choses que nous ne pouvons pas faire jusqu’à ce que nous soyons déclarés mari et femme. J’ai demandé que nous nous abstenions de sexe jusqu’au mariage car les rapports sexuels sont un droit réservé uniquement aux mariés. Depuis lors, je pense, notre relation a grandit et s’est renforcée. Pour l’instant, nous ne pouvons pas vivre ensemble, avoir des réalisations communes ou des biens déclarés en notre nom comme des couples jusqu’à ce que nous soyons légalement reconnus comme mari et femme.

 Malgré tout ceci, notre attitude l’un envers l’autre devrait nous donner un aperçu de ce à quoi ressemblerait notre future vie conjugale. J’ai essayé de faire ma part de cet important sacrifice, mais tu ne l’apprécie pas, ni n’en fait autant. Tu remets tout au future et je me demande à quand apprendrais-tu tout ceci et commencerais à les appliquer.

 Sais-tu, Bla-têh, autrefois, le goût de la sauce d’une femme pouvait soit attirer un bon homme ou repousser un potentiel époux. Mais, depuis trois ans maintenant, je n’ai jamais goûté à ta sauce. Rassures-toi, je ne te marrie pas pour faire de toi ma servante. Mais faire la cuisine serait l’un de tes devoirs clés quand nous serons mariés tout comme il en serait pour moi. Je te l’ai déjà répété à plusieurs reprises que ton amour bizarre pour les plats des restaurants ne devrait pas te suivre dans ma maison. Ceci est un comportement irresponsable, je pense.

Je ne suis pas le genre d’homme qui pense que la place de la femme est dans la cuisine. Je t’ai dis que si nous sommes mariés et que je reviens plus tôt du travail avant toi, je n’hésiterai pas à me rendre à la cuisine. Faire la cuisine pour toi ne réduirait en rien la taille de ce qui fait de moi un homme, ne diminuerait pas mon intelligence ni ne m’exproprierait de mon titre de chef de famille. Mais ceci ne devrait pas être un mouvement à sens unique.

 Chaque fois que tu viens me visiter et que tu me trouves à la cuisine, tu parts t’asseoir pour regarder un film et quand je sers pour que tu manges, tu te plainds soit de l’excès de sel, de l’exagération d’huile ou de la mauvaise combinaison des ingrédients. Ceci ne m’offense pas parce que tu as le droit de commenter pour me permettre de m’améliorer à la cuisine. Cependant, ce qui me rend furieux c’est le fait que tu persistes à dire que tu ne ferais jamais la cuisine pour moi, tu ne m’aiderais jamais à faire ma lessive ou à faire tout autre tâche d’épouse jusqu’à ce que nous soyons mariés. Même, après t’être couchée dans mon lit, tu t’en fiche pas mal de le refaire avant de t’en aller.

 Bla-têh, tu commets là la plus grave erreur de ta vie. Comment pourrais-je savoir que tu ferais tout ceci quand nous serons mariés ?

 La plupart d’entre vous les femmes d’aujourd’hui vivez dans un monde imaginaire. Vous suivez à la lettre les enseignements reçus des livres et des feuilletons alors que ces situations sont à des kilomètres de loin de la réalité.

 Tu dois apprendre à être sobre, obéissante et respectueuse et me traiter comme ton mec avec tous les honneurs que tu accorderais à ton époux…

 

A suivre…  

14 Des réflexions sur “Lettre à « Bla-têh » ma future épouse: Traite-moi comme ton époux (1ère Partie)

  1. chaque fois que je lis Emile Bela dans ma mailing list..je souris; et je m’attendais bien à encore de la différence dans l’écriture, le style et la perspective..me voici servi !!

    quelle étrange idée de faire des reproches à sa concubine à la St Valentin ? Quelle excellente idée de penser à les faire en ce jour même ? car si l’Amour se veut populairement vivre en ce jour, peut-être convient-il définitivement de se rappeler que l’Amour est construction. aussi, peu importe le jour, Saint Valentin ou Pâques, il est bon de verbaliser ses émotions pour améliorer la construction..like you texts !! Dim’s

    • Salut Dimi,
      Il y a toujours de quoi à se rejouir quand on lit des gens comme toi qui prenne un peu de leur temps si précieux pour s’intéresser aux petites choses que vous faites.
      Tu sais, les filles comme Bla-teh, il y en a partout et il faut choisir de leur dire ses sentiments et ses émotions, peu importe vraiment le jour. D’ailleurs, il n’y a pas meilleur moment que celui-ci (la saint valentin) pour dire à celle qu’on aime ses défaut et lui demander de les changer.
      Merci d’être passé. Je t’encourage à lire la suite de la lettre.
      Amicalement!

  2. Pas d’accord car union est synonyme d’engagements mutuels. Tu veux manger sa sauce et puis tu veux pas matérialiser ton amour aux yeux des hommes, des autorités administratives et de Dieu. Si les femmes d’aujourd’hui sont comme ça, c’est aussi parce qu’elles sont fatiguées des promesses à irresponsabilité illimitée.
    Et puis en Côte d’Ivoire, d’un point de vue juridique, ton affaire de chef là…
    Et puis il faut travailler dur, vous allez prendre une servante ou un boy cuisinier ou louer les services d’un traiteur…
    Et puis c’est quelle affaire de prendre la fille de quelqu’un et puis de parler de cuisine, cuisine, cuisine, ça finit pas…
    On dirait que vous les hommes d’aujourd’hui tout ce qui vous intéresse se situe au niveau du ventre et en dessous.
    Vraiment, on est fatigué avec ça !

    • Autant on se bat pour réaliser son rêve , autant un homme doit se battre pour mériter une femme et vis-versa.Ici je crois que emile fait sa part sous reserve d’ecouter bla-tê(je crois en mon fils) Dans tous les cas , certains travaux comme cuisine , la lessive , la vaiselle…. sont d’office destinés a la femme en Afrique en tout cas.L’homme peut en faire , c’est volontaire. S’il doit faire ce que la femmee doit faire , j’imagine qu’un jour il portera la grossesse et là il sera méconnaissable et fera l’actualité de la presse nationale et internationale. Looool

    • aaahaaa, j’ai bien rigolé… « Promesse à Irresponsabilité Illimité ». loool
      Je vois que vous êtes un excellent défenseur des femmes…mais allons-y comprendre qu’il y a des tâches qui sont reservées quand même non?! lool
      Merci d’être passé.
      Abientôt pour la suite de la lettre.

    • Tu as tout Akashik,
      excuse-moi de te tutoyer ,mais nous avons le meme point de vue.
      mon ami Emile,je reviens du travail,je te trouve assis devant la TV ou lisant les derniers potins de Gbich,ou meme à  »ton grin »parlant politique,et tu m’attends pour que je te cuisine quelque chose de succulent.
      meme quand le plat est dejà fait,les hommes ont du mal à le réchauffer. lol En afrique,c’est rare…Laissé les Blancs vont vous  » raser » comme on dit…
      lol…
      dans tous les cas,il n’y a aucune logique dans les histoires de coeur.
      j’ai dejà vu des femmes,cordns bleu,bonne ménagères se faire congédier …Pour finir,nous n’allons pas nous meler de ton affaire là,car comme on le dit ,il ne faut pas mettre son doigt entre l’arbre et l’écorce… cela fait 3 ans que ça dure …

      Kiss kiss

  3. Vraiment mon fils , je comprends bien maintenant pourquoi tu ne peut plus visiter maman et moi les weekend. Ah donc c’est blâ qui te faire faire la cuisine , la lessive et la vaisselle , disons le menage. ah ah ah .. A quoi sert -elle que dis-je a quoi servira -t-telle quand elle sera ton épouse et notre belle fille. Mon fils on ne cherche pas l’argent pour devenir mouton mais on cherche plutôt l’argent pour acheter mouton dis l’adage. Applique cela en Amour mon fils et prend tes responsablités.Nice Idea dear son !

  4. Sacré Émile,
    D´abord je pense pour ma part que Bla-teh qui en réalité n´est que le symbole de toutes ces filles d´Abidjan et d´Afrique noire en générale, mérite cette lettre comme son cadeau de la St Valentin. Tu sais Émile, la dernière fois que j´ai été a PARIS, j´ai reçu des amies a déjeuner un jour et je t´assure que les filles (au nombre de trois) ont payés ce qu´elles ont consommé et m´ont laissé payer que ce que j´avais consommé.
    je fus très choqué et gêné a la limite, mais en bon sociologue il fallait m´adapter a cette réalité car je n´étais pas avec ma « Bla-teh » a moi de yopougon mais plutôt avec des filles occidentalisées, c´est a dire d´une autre culture très éloignée de la mienne.
    Bla-teh doit comprendre que chez nous, en voyant juste la couleur de l´igname, on sait si cet igname fera un excellent foutou ou pas. Alors qu´elle ne s´avise plus a nous dire qu´elle fera ce qu´elle ne fait pas déjà pendant qu´elle est au stade du test.
    Il faut aussi que certains comprennent qu´il n´y a rien de vétuste ni de rétrograde dans le fait que, la femme noire travaille et entre en cuisine en même temps le soir, pour cuire le repas de son mari, c´est différent peut être de la culture occidentale mais c´est une originalité de notre culture et c´est un symbole clé qui joue son rôle au sein de l´harmonie du foyer.
    Émile je vais m´arrêter mais je suis fier que tu ais parlé a Bla-teh sur ce ton et dis lui qu´elle gagnerait a se reprendre en main parce qu´elle ne vivra jamais dans les feuilletons et les séries de 7h du soir qui l´influencent tant, tout simplement parce que ce sont des contes de fées dans lesquelles Roméo et Juliette même sont fictifs.

    • Salut Uncle, j’apprecie ton temps et admire ton commentaire si impressionnante.
      Tu as tout, ou presque dis.
      Les réalités diffèrent d’un continent à l’autre. Le drame est que nos soeurs africaines veulent tout copier de l’Europe, ce n’est pas mauvais en soit, mais il y a intérêt à faire attention car « Vérité en déça des pirénnés, erreur au delà »
      Abientôt pour la suite;
      Amicalement,

    • Salut Cher Kaba,
      Merci d’être passé. Je crois que tu as parfaitement raison parce qu’à cette allure, Ma Bla-têh risque de me réduire à zero, moi le héro…loool.
      Abientôt pour la suite!
      Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*