"Non, moi parle pas Français… Wolof"

Vous êtes à Dakar pour la première fois ? Vous souhaitez vous rendre dans une organisation quelconque dont vous cherchez le siège? Vous avez besoin d’aide ? Vous ne parlez pas le wolof ? Bah, vous n’avez qu’à faire une chose : retrousser vos manches parce que la « bataille » sera dure. Vivez plutôt ma galère dakaroise de ce mardi 9 avril.

Vue de Dakar -Par Emile Bela
Vue de Dakar (Crédit photo : Emile Bela)

Il est 15 heures quand, au nombre de 6 dans un mini bus, mes amis et moi sommes sortis du siège de l’Agence Universitaire de la Francophone (AUF). L’un allait à l’école Mermoz, deux autres accompagnés de leur guide – un Sénégalais – allaient faire une enquête sur les ‘Taxi Charettes ». Mon binôme Bouba du Mali et moi allions au siège du Conseil des Organisations Non Gouvernementales (CONGAD) pour y faire une interview.

Le premier groupe était bien plus chanceux que mon ami et moi. Après les avoir descendu au quartier Ouakam où se situe l’école Mermoz, le chauffeur, sénégalais, reprend la route en direction du siège du (CONGAD) que lui avait indiqué une de ses compatriotes avant notre départ de l’AUF. A voir le chauffeur acquiescer lorsque celle-ci lui donnait la situation géographique du CONCAG, on pensait pas qu’il connaissait bien l’endroit. Que Nenni!

Il nous conduit jusqu’au quartier ‘Sacré Cœur’. Subitement, il ralentit, se range sur un parking devant un grand bâtiment puis sans éteindre le moteur, descend. Je m’apprêtais à le rejoindre mais il me fait signe de l’attendre. J’ai compris qu’il partait se renseigner. Nous sommes donc perdus, me suis-je dis.

On lui indique un endroit que nous avions en réalité dépassé. Il reprend la route, puis très loin, au parking en face de la Direction des Étrangers et des titres de séjour, il gare le véhicule, éteint le moteur et nous indique le grand bâtiment de la main. J’ai eu des doutes, car je ne comprenais pas qu’un bâtiment qui semblait abriter un service étatique puisse avoir de l’espace pour une association d’ONG. Mais Bouba et moi sommes descendu quand même du véhicule pour nous y rendre. Le vigile nous fit savoir dans un français approximatif qu’aucun service de ce bâtiment ne s’appelait ‘CONGAD’. Il nous conseilla de nous renseigner auprès d’un monsieur qu’il nous indique de la main. Je décide donc d’entrer dans une Pharmacie, pour être sûr que mon interlocuteur parviendra à m’orienter dans un français plus fluide.

La dame que je rencontre avait environ la trentaine. Elle s’exprimait effectivement très correctement en français. Elle me fit savoir que le siège de CONGAD n’était pas à cet endroit mais dans un autre quartier qu’elle nous indique. Le quartier, disait-elle, n’était pas loin. On pouvait y aller à pied. Bouba et moi prenons donc la route à pied en faisant signe au conducteur de nous suivre. C’est aussi l’occasion de découvrir Dakar, cette ville coquette avec ses belles voies. Rue Liberté 222, Liberté 229, Quartier Sacré Coeur… mais toujours pas de CONGAD. Nos jambes commencent à bouder nos cœurs.

Une créature hors de l’ordinaire d’une vingtaine d’années sort de nulle part. Toute la fatigue en moi s’évapore à sa vue. Je profite pour lui demander ma direction : « Bonjour demoiselle… »

Aucune réaction. « S’il vous plaît ! ». Elle jette un coup d’œil rapide et me lance une expression en Wolof qui m’a sonné à l’oreille comme le bruit d’un verre qui s’écrase sur le sol. Je ne comprenais pas, mais en tenant compte du mouvement de ses lèvres, et le ton sur lequel elle m’a répondu, je crois qu’elle voulait me dire “va te faire foutre”.

J’eu l’impression que la fatigue que je ressentais venait de doubler. À quelques dix mètres, nous rencontrons un monsieur qui nous désigne le bâtiment qui abrite le CONGAD. Nous y entrons, mais c’est une autre organisation qui occupe les locaux. La secrétaire nous informe que le CONGAD venait de changer de locaux. Elle nous indique ses nouveaux locaux. Elle n’avait pas leurs numéros. Comme nous ne connaissons pas Dakar, je fais appel au conducteur à qui elle donne l’orientation en Wolof. Je lui demande s’il pourrait se retrouver. Il me répond immédiatement : « Sans problème ! C’est pas loin. C’est là seulement. »

Nous embarquons pour le quartier Patte d’Oie. Le chauffeur s’arrête. Je croyais qu’on y était. Mais, visiblement non. Il se renseigne. Je le suis et me renseigne aussi.

Bonsoir Monsieur, savez-vous où est situé le CONGAD ?

– Non, moi je suis nouveau ici hein… Vous pouvez demander à l’autre monsieur.

Il m’indique alors un autre vers qui je m’oriente.

Bonsoir Monsieur… Il ne me répond pas. Monsieur, bonsoir.

– Oui. Bonsoir.

– S’il vous plaît, connaissez-vous le CONCAG ?

– Han ?

Je reprends. « Je demande si vous savez où est situé le bureau du CONGAD ? ». « Nooon, ça vraiment je connais pas… Je suis nouveau ici. » « Dis donc, tous les Sénégalais seraient-ils “nouveaux” à Dakar ? », ai-je rigolé. Je continue vers un autre plus loin.

Bonsoir Monsieur…

– Nagadef !, me lance-t-il. (Je crois que ça veut dire “bonjour”)

– S’il vous plaît, je cherche le siège de CONGAD…

Il remue la tête sans dire mot. Je reprends.

– Le bureau des organisations de la société civile… On nous a dit qu’il est situé vers ici.

– Non, moi pas français hein… Wolof.

Je me rappelai que j’avais une Maîtrise en Anglais mais pas en Wolof. Nom de Dieu ! Je poursuis vers un autre.

Moi : Monsieur, bonsoir. S’il vous plaît pouvez-vous m’indiquer le siège de CONGAD ?

– CON quoi ?

– CONGAD, le bureau de toutes les ONG à Dakar.

– Eux ils fait quoi ?

Bouba : C’est l’association des Organisations Non Gouvernementales.

– Hann, tu as dis CONCA hein? attend un peu. Il part se renseigner auprès de ses amis et revient vers nous : « CONCA ? C’est eux qui vend les produits… »

– Nooon. J’ai compris que c’était peine perdue. Ça va. Merci monsieur, ai-je conclu.

Doucement, je me suis retourné vers mon ami Bouba et lui ai dit :

 » Cher ami, on pourra passer toute la nuit ici, mais on ne verra jamais le CONGAD. Parce qu’au pays de Senghor, les Sénégalais lambda sont soit “nouveaux” à Dakar, ou “ne parlent pas français sauf le wolof”. Puisqu’aucun de nous deux ne comprend le wolof, ce qu’il faut, c’est regagner simplement le véhicule et retourner à l’hôtel. On pourra commencer des cours intensifs en Wolof et revenir dans 5 mois en attendant qu’ils soient anciens à Dakar. »

J’en parlais le lendemain quand d’autres amis m’ont dit qu’ils étaient sortis boire une bière à l’espace Charlie vers l’Aéroport, mais que le chauffeur du taxi les avait baladé de 21h à 23 h en vain. Ils sont finalement rentrés se coucher, donnant l’argent de leur bière au taximan.

Désormais, en faisant ma valise pour Dakar, je prendrai soin d’y ajouter mon dictionnaire de Wolof.

Partagez

Auteur·e

bela

Commentaires

Emile
Répondre

Parlons-en ici!

zagre amidou
Répondre

salut man.à cette allure là, c'est mieux que tu fasses l'effort pour être polyglotte. le jour tu va atterir dans un quelconque pays de l'afrique du nord, je ne sais pas comment tu t'en sortira. "sustiné y abstiné" (supporte et abstiens toi de te plaindre)ce sont les dures réalités quand on veut se frotter à l'international.les joueurs africains à l'international en ont une expérience bien solide en la matière.bon courage!

Kady TRAORE
Répondre

Que retenir mister?
Au final ,tu as eu ton interview ou pas?
Vous auriez du avoir le contact des personnes à interviewer ...
oubien faire tes répérages la veille.
La prochaine fois ,ce n'est pas ton dico wolof qu'il te faudra,mais plutot des cours de journalisme d'investigation .Haha haha...

Emile
Répondre

Salut Kady,
Je n'ai finalement pas pu faire l'interview. je n'ai pas vu l'endroit.
Tu as un peu raison d'une part mais écoute, c'était pas aussi évident pour moi.
Le fait est qu'ils ne te diront pas qu'ils ne connaissent pas. c'est après qu'ils le font savoir.
Le conducteur aurait du nous avouer qu'il ne connait pas l'endroit. Ce n'est pas mal.
AU finish, ce n'est pas une complainte hein...c'est juste relever un fait qui a attiré mon attention.
Abientôt.

Tabara
Répondre

j'imagine la galére que vous avez vécue mais il faut pas oublier que nous ne sommes pas des francais meme si on a été colonisé par eux. Ici la majeure partie des sénégalais parlent wolof parcequ'ils fréquentent dans leur majeure partie les écoles coraniques et n'ont pas besoin d'ller à l'école francaise. On se comprend mieux dans notre chére langue wolof et n'avons donc pas besoin d'user d'une langue étrangére pour se comprendre. Aux etats unis si vous parlez pas anglais on vous répond pas, ne Chine c'est pratiquement la meme chose avec le mandarin donc... Faut donc pas nous en vouloir. Il faudrait à la limite nous féliciter d'avoir su garder notre identité et notre langue malgré les conquetes francaises et arabes que nous avons subies pendant des siécles. diam ak diam! ( vas te chercher un traducteur lol!)

Emile
Répondre

Salut Tabara,
Je suis content que tu sois passée ici.
Nous avions vécue effectivement de la galère mais c'est compréhensible.
Au fait, je comprend cette tendance du Sénégalais à ne parler que le Wolof. C'est typique et salutaire.
Mais ce que je relève,qui n'est pas une mauvaise critique, c'est que quiconque visite Dakar sans parler le Wolof vit une galère énorme comme la notre.
C'est par dessus tout un fait de société que je relève sans mauvaise pensée pour ce pays si formidable.

Abientôt.

Lodia
Répondre

Salut Emile,
J'ai beaucoup aimé ton article. En fin de compte, même si tu n'as pu retrouver le siège de Congad tu as appris quelque chose de nouveau sur les Sénégalais. Ta remarque est fondée je trouve et tu n'es pas le seul à faire les frais au Sénégal. Beaucoup d'amis d'autres pays d'Afrique (Je précise que je suis Sénégalais) me disent toujours la même chose, qu'ils ont du mal à s'en sortir avec la langue, surtout dans la rue. Tout le monde ou presque parle le wolof. Tu trouves même un Sénégalais qui maîtrise parfaitement le français, mais il te parlera toujours dans la langue locale. On est en quelque sorte "jaloux" de nos langues locales. Tous mes encouragements. Bon article.
Mamadou
A bientôt

Mylène
Répondre

Eh bien, cette aventure t'a valu un bon billet et des bons souvenirs à raconter ! Allez, la prochaine fois, je suis sure que tu auras plus de chance.

Emile
Répondre

Salut Mamadou,
Merci d'être passé.
Tu vois cette tendance du Sénégalais à "protéger" sa langue locale n'est pas mauvaise en soi. Mais, elle ne manque pas non plus à causer des problèmes à ceux qui y viennent. De loin, on peut penser que le sénégal n'est pas un pays ouvert. Mais à y voir de près, c'est tout le contraire. Le sénégal et les sénégalais devraient songer en valorisant le "wolof", à mettre un accent sur le Français parce que le wolof ne se parle que dan,s les limites de la frontière du Sénégal. Et au delà?
Bien à toi.
Abientôt pour un nouvel article.

Emile
Répondre

Salut Mylène,
çà tu l'as dit hein.
Abientôt.

Yenessioh Firmin SILUE
Répondre

Jerejëf...Un mot de wolof à défaut de ''ropéro'' pour ton odyssée dakaroise .Merci pour cette carte de postale aussi belle qu'atypique...Ce billet témoigne aussi bien l'originalité et la constance qui ne cessent de croitre au fil des blogs. Reviens nous pas avec une valise spéciale mais avec plus d'inspiration pour le reste de l'aventure.

Emile
Répondre

Salut mon Cher ami Silué.
Merci pour ta présence constante.
Je suis revenu effectivement avec d'excellents souvenirs de Dakar. Une ville coquette avec des gens si formidables. Des articles à venir...
Merci et bien à toi.

Le meilleur reste à venir.

RitaFlower
Répondre

Courage à toi Emile,dans ton aventure dakaroise.Contente que tu vives pleinement cette aventure au Sénégal malgré tes difficultés liées à la langue locale.Apprends bien le Wolof avant de partir.Reviens avec des souvenirs pleins la tete.

Emile
Répondre

Merci ma grande;
L'expérience mérite d'être vecue.
Tu auras droit à un compte rendue parfait.
Abientôt

Josianekouagheu
Répondre

Je pense que tu t'es bien débrouillé hein? Courage en tout cas...

Emile
Répondre

Ouais Josy même si ce ne fut pas si facile.

Abientôt

Emile
Répondre

Salut Josy,
Je me suis débrouillé mais çà n'a pas suffit.
Merci d'être passée.
Abientôt pour un nouvel article.

Bye

Kany
Répondre

C'est vrai , les Sénégalais ont tendance à "protéger" et à la valoriser leur langue , ce n'est pas mal en soi même peut être mieux, mais bon il est clair et évident qu'en Afrique de l'Ouest il est important de maîtriser ou avoir des notions de français pour ne serait ce voyager ou travailler dans la sous région

Emile
Répondre

Salut Kany,
Tu as parfaitement raison. J'apprecie du reste cette tendance des Sénégalais à protéger leur langue.
Merci d'être passé

Abientôt pour un nouveau billet

Roger
Répondre

https://mawulolo.mondoblog.org/2015/07/15/au-pays-de-senghor-le-wolof-est-roi/