Bénin, sur les traces d’une démocratie frelatée (Fin)

Signes d’une démocratie en constant effritement Dire de la démocratie béninoise dans son état actuel qu’elle se porte mal est loin d’une exagération et les signes son nombreux qui le traduisent. -La Liste Électorale Permanente Informatisée (LEPI) : Dès son accession au pouvoir, en 2006, M. Yayi Boni a promis aux béninois de faire de leur pays « un village numérique ». Peut-être au pied du mur, le maçon s’est rendu compte que la tâche est moins facile qu’il ne le croyait. Mais en tout cas, en 2014, soit 8 ans après, le bénin ne figure même pas parmi les dix pays les plus Lire Plus→

BENIN, sur les traces d’une démocratie frelatée (2è Partie)

Une démocratie qui aura bien marché en Afrique Avant de se pervertir et de sentir la putréfaction actuelle, la démocratie béninoise a fait fantasmé plus d’un observateur de la vie politique du temple du Vaudour. Les racines de cette démocratie se trouvent dans la première Conférence Nationale Souveraine de 1990 qui fut une ingénieuse idée de Kérékou, à une période où sévissait la crise socio politique. Face à la contestation qui devenait de plus en plus intenable, Kérékou et ses partisans comprirent la nécessité d’une concertation nationale afin de s’assurer que les préoccupations de tous sont prises en compte. Ça, Lire Plus→

Bénin: sur les traces d’une démocratie frelatée (1ère Partie)

Il y a des années de cela, le Bénin répondait présent à l’appel des meilleurs élèves de la classe en matière de démocratie, derrière le Ghana, le Sénégal, le Botswana et la Tanzanie. La stabilité de son régime dont il a su faire figure depuis les années 90 lui a valu le qualificatif de Terre promise du « laboratoire de la démocratie en Afrique ». Mais aujourd’hui tout semble avoir changé, beaucoup changé. L’usure du temps semble avoir eu raison de la démocratie béninoise qui, peu à peu s’effrite. A mesure que les années s’écoulent et que les élections se succèdent, cette démocratie fond Lire Plus→

Burkina Faso : Le Chien aboie, la caravane passe

La nature, on peut le dire, n’a pas favorisé le Burkina Faso. Un pays enclavé. Un climat rude. Un sous sol pauvre. Voici quelques mots qui, sauf exagération, décriraient mieux le pays de la Reine du Yénéga. Cependant, elle a doté le peuple Burkinabè d’une qualité dont il s’en sert pour s’opposer à ses caprices, c’est-à-dire le courage. Grâce à ce courage et aux efforts conjugués de tous, le petit poucet répond toujours présent au rendez-vous des grands. Le pays des hommes dits intègres offre aujourd’hui de multiples manifestations et un grand nombre de salons (SIAO, FESPACO…). Il s’y passe Lire Plus→

Mali : des élections à tout prix maintenant !?

Dans toutes les démocraties qui se respectent, les élections, loin d’être une option, se veulent une obligation. Cela dans la mesure où elles permettent : -d’assurer l’alternance politique, comprise ici dans le sens d’un changement aussi bien des hommes que des politiques, à la tête des institutions républicaines ; -de mettre en place des institutions crédibles qui jouissent d’une légalité que leur confère la loi fondamentale dont s’est dotée l’Etat, en l’occurrence la Constitution ; -de garantir le respect de la voix des citoyens dans le choix des hommes, leurs politiques avec, sensés conduire leurs destinés ; tout ceci dans une approche on ne Lire Plus→

Crise au Nord Mali : Kidal n’y gagne que dalle !

Cela fait des mois, de nombreux mois, que la crise au Nord Mali dure et perdure. La souffrance des populations dure et perdure. Excepté cette minorité connue ou inconnue à qui cette situation profite, les populations du Nord Mali se meurent. La plupart a traversé la frontière pour se réfugier dans les pays voisins. D’autres se sont plutôt repliés sur le Sud notamment dans la Capitale, Bamako. Qu’ils soient déplacés internes ou réfugiés dans d’autres pays, les Maliens du Nord, ceux du Sud et avec eux, tous les amis de ce pays, sont fatigués de cette situation qui n’a que Lire Plus→

Crise au Nord Mali: Que de Cacophonie !

Intervenir ou ne pas intervenir ? Par le dialogue politique ou par les armes ? Maintenant ou plutard ? Ecouter le Capitaine Sanogo et son clan, le Président par intérim Diacounda et son clan ou les Mouvements rebels islamistes et leur clan ? Agir en vêtu du principe de la Responsabilité de Protéger ou laisser la responsabilité à l’Etat Malien de protéger son peuple? Ces questions semblent plus que jamais devenues des os dans la gorge de la communauté dite internationale.  Ni la CEDEAO, Ni l’UA ni même l’ONU ne semble avoir une réponse plus claire, du moins pas de manière apparente. En attendant, c’est à Lire Plus→