Une passion partagée : La lecture

Deux, trois quatre jours sans lire ou écrire me donne la sensation d’étouffer, d’enfermer quelque chose en moi qui a besoin de s’évader à travers les mots. Oui, ça peut paraître exagéré mais croyez-moi, ça ne l’est pas du tout ! J’ai donc ouvert mon premier blog ‘Afrique Objectif Développement’ (en Avril 2011) puis à la suite du fameux concours Mondoblog de RFI dont j’en ai été lauréat, le second ‘Chroniques des Temps Nouveaux’ (en Octobre 2012). En plus de lire, j’ai écrit, parfois pour ne pas dire grand’chose mais très souvent pour dire trop de chose avec mes mots.

L’expression de ma passion pour la lecture et l’écriture, deux faces d’une même pièce, m’ont fait rencontrer des gens que j’aime et qui me le rendent, des hommes et des femmes, jeunes et adultes dont l’intelligence force l’admiration auprès de qui j’ai appris des choses qui façonnent chaque jour ma vie.

Avec chacun de ces ami(e)s, je parle de livre et de tout ce qui l’entoure. J’offre et reçois des cadeaux de livres. Ça me plaît et j’aime!  Ça leur plaît et ils aiment! On vit notre passion commune et on s’éclate!.

Un matin, un de ces esprits fertile décide de récompenser ces mordus de lettres en leur décernant le ‘Prix de l’addict lecture’. Entendez le prix de celui qui ne peut plus se défaire de la lecture. Un matin, une de mes meilleures amies, Mélissa Johnson (FAMCHOCOLAT) que cette passion de la chose littéraire m’a permis d’avoir a estimé que je mérite ce prix. C’est plutôt un HONNEUR. Mais, la particularité de ce prix, est qu’il t’emmène à répondre à une série de questions avant d’en poser à ceux/celles qui le méritent, selon toi. Ci-dessous mes réponses :

Quel auteur aimerais-tu faire revenir à la vie ?

Je n’ai toujours pas compris comment on peut s’appeler François Marie Arouet ou VOLTAIRE, écrire une œuvre aussi UNIQUE que Zadig‘ et un matin, non sans avoir fini de résoudre les énigmes d’un monde méchant, d’hommes envieux comme le brigand Arbogad, voleur sympathique et généreux, de femmes aussi infidèles qu’ingrate comme Sémire et rendre l’âme à celui qui la lui a prêté, sans doute pour contempler «l’ordre introuvable de l’Univers » ailleurs, dans un monde qui n’est pas le nôtre…

Une couverture de livre que tu ne te lasseras jamais de regarder ?

La qualité du contenant traduit celle du contenu. Un Chef d’oeuvre qu’est la Carte d’Identité de Jean-Marie ADIAFFI, un auteur trop tôt parti sans jamais s’en aller.download

Quelle héroïne (préciser le livre) aimerais-tu incarner et pourquoi ?

J’aurais aimé être une femme pour incarner Monique, l’héroïne du livre qui a eu et continue d’avoir la plus grande influence sur ma vie : Les Frasques d’Ebinto d’Amadou KONE.  En Monique cohabitent sans s’entremêler les traits nécessaire pour une vie réussie : Amour et Douceur ; Patience et tempérance ; Pardon et Compréhension, humilité et fidélité…

De quel livre ne pourras-tu jamais te séparer, même pour un prêt ?

Si j’avais été Ministre de l’Education Nationale d’un de ces pays Africains où  «tous les jours, la haine se banalise et nous interroge dans nos villes, nos quartiers, nos maisons, distillée par le machisme, l’individualisme, le narcissisme, les préjugés et la discrimination », où le vivre ensemble est chantée à gorge déployée sur la place publique sans actes,  où pullulent les sectes religieuses qui sodomisent les consciences avant de les endormir et les anéantir, où règne la violence, où la police n’existe que pour les plus forts au détriment des faibles, où les journalistes ne vérifient pas leurs informations avant de les diffuser, où l’amour de l’argent pousse chacun à faire n’importe quoi pour devenir riche, où Le mensonge finit par être érigé en mode de vie, où la haine s’est emparée des cœurs et qu’on cherche à évacuer, je ferais distribuer à chaque écoliers, LES PRISONNIERS DE LA HAINE, un chef d’œuvre de Vénance KONAN, afin de semer dans ces cœurs tendres les graines de l’amour de soi et de son semblable. En attendant je garde jalousement mon œuvre.

Le genre de romans que tu ne liras jamais ?

Pourquoi lire les histoires des contes de fées racontées dans les collections ADORAS et penser être en train d’amasser l’essentiel pour une vie heureuse sachant que même l’auteur de ces histoire n’y croit point.

Parce que je crois que vous êtes les meilleurs, parce que nous partageons la même passion, que vous c’est moi, je vous tends la main pour que vive le livre et la lecture !

8 Des réflexions sur “Une passion partagée : La lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*