Blogueurs, vos lecteurs sont vos doubles !

Crédit Image: reveurlunaireatypique.unblog.fr

Crédit image: reveurlunaireatypique.unblog.fr

Nombreux sont ceux parmi nous, blogueurs, qui disent être arrivés au blogging par passion. Par cette même passion, ils sacrifient plusieurs plaisirs. Certains perdent même des amis chers parce que n’ayant plus de temps à leur consacrer. Ils consacrent à leurs blogs, entre 1 et 2 tiers de leur temps. Ils bloguent avec leur cœur, sans rien attendre ni recevoir en retour. On pourrait, par exagération, parler de sacerdoce lorsqu’on considère le temps, les ressources financières, l’énergie intellectuelle qu’ils investissent dans la gestion de leurs blogs, et dans l’espoir d’être lu.

Certains blogueurs disent écrire pour eux-mêmes d’abord, pour leurs lecteurs ensuite. Ceux-là sont mus par la passion qu’ils ont pour l’écriture et le besoin de s’exprimer. D’autres soutiennent qu’ils écrivent pour dénoncer une situation, pour susciter le changement à travers des propositions. Ces derniers sont motivés par le désir de créer un impact positif.

Qu’il se situe dans l’une ou l’autre des deux catégories ou même dans les deux à la fois, n’importe quel blogueur est ouvertement ou discrètement « hanté » par le souci d’intéresser davantage de lecteurs à son blog tout en fidélisant ceux qui y sont déjà. C’est ici que commence le rapport « blogueur-lecteur », souvent mal géré.

Il n’y a de lecteur que parce qu’il y a un blogueur. Ceci est une évidence. Mais il n’en est pas moins que c’est le lecteur qui fait le blogueur. Un lecteur parle de notre blog à ses amis, qui en parlent aux leurs ainsi de suite jusqu’à ce que se crée et s’amplifie notre lectorat sauf si notre blog est qualifié de site de diffamation ou autre mauvaise considération. Tous les blogueurs savent qu’un lecteur est aussi précieux qu’un client pour une banque ou un magasin de vente. Leur présence massive augmente notre cote de popularité, leurs commentaires nous encouragent, leurs remarques et suggestions nous permettent de nous améliorer. De leurs satisfactions, nous tirons notre fierté. D’où le nécessaire respect mutuel qui s’impose dans cette relation.

Au lecteur s’impose le respect du temps, des efforts, des moyens mis en œuvre par le blogueur pour écrire, publier et faire connaître son blog. Il n’est pas exclu que le blogueur soit moins pertinent au goût du lecteur ou qu’il aborde des sujets sous des angles diamétralement opposés au sien. Mais, il appartient au lecteur de comprendre que le blogueur est loin d’être omniscient, d’où les limites de ses billets et surtout qu’il écrit avant tout selon ses propres inspirations, sur des sujets d’intérêt à ses yeux, lesquels ne sont pas forcement destinés à plaire à tous.

Au blogueur, et c’est à cela que je voulais en venir, s’impose un respect sans réserve pour le lecteur. Mon père me disait un jour ceci : « Mon garçon, chaque fois qu’un inconnu attire ton attention sur ton attitude ou te prodigue un conseil, aussi saugrenu que celui-ci puisse paraître, ce que tu dois considérer, c’est le temps qu’il a passé à le faire ,car rien ne l’y obligeait ». Ceci pour dire que ce qui compte le plus et que devrait considérer le blogueur dans sa relation avec son lecteur, c’est le facteur temps. Le temps que passe un lecteur à lire son billet, à le commenter alors qu’il aurait pu le passer à faire autre chose est ce qui devrait compter.

Ceux qui lisent la Bible savent que même dans toute Sa Grandeur, Dieu se veut reconnaissant du temps que nous, ses créatures, Lui accordons lorsqu’il dit qu’  « une minute dans ses parvis vaut mieux que milles ailleurs ».  Une minute d’un lecteur passé sur votre blog est à estimer avec tout le respect qui va avec, même quand c’est pour vous écrire un commentaire injurieux dont vous disposez, au demeurant, le droit absolu de supprimer s’il vous déplait.

Il n’est pas rare de voir des lecteurs qui lisent simplement le titre de votre billet ou au mieux des cas, les deux premières lignes et qui y laissent un commentaire complètement décousu et hors contexte . A sa lecture vous maudissez votre premier jour de blogueur. Nonobstant cela, il faut savoir toujours raison garder.

Certains blogueurs, l’orgueil en bandoulière, sans doute surpris par un succès qu’ils doivent à ces mêmes lecteurs, n’hésitent pas à cracher sur ces derniers lorsqu’ils se montrent durs envers eux. Ceci peut être un style. Mais, ma foi, il n’y a pas plus ridicule qu’un blogueur qui répond aux commentaires, aussi désobligeants soient-ils, d’un lecteur par des termes non moins injurieux. La capacité à accepter les critiques, à concéder aux autres leurs opinions et à admettre que n’ayant pas reçu la même éducation, grandit dans les mêmes conditions et vécu les mêmes réalités, nous ne pouvons penser et ré-agir de la même manière sont, de mon point de vue, autant de critères assez importants que tout bon blogueur ou aspirant à l’être devrait considérer dans sa relation avec ses lecteurs.

En janvier dernier les parlementaires ivoiriens votaient une loi pour reconnaitre à la femme en même temps que l’homme le titre de chef de famille. Suite à un billet dans lequel j’exprimais mon aversion à cette loi que je jugeais creuse parce que ne pouvant pas changer grand-chose à la condition de la femme, une lectrice sans doute responsable d’une ONG des femmes en Côte d’Ivoire, m’a laissé un commentaire discourtois. Entre le choix de le supprimer et celui de le laisser, le second l’a emporté. Cela pour dire à ma lectrice que je considère le temps qu’elle a consacré à mon blog, à lire mon billet et à écrire un si long commentaire. Aussi tenais-je à lui dire que je reconnais à mon billet des limites qu’elle aurait bien de relever et surtout que j’accepte qu’elle ne partage pas ma position quoique dans ma réponse j’ai déploré ses injures dont elle aurait pu en faire l’économie.

Selon Nadine de Rothschild dans son œuvre le Bonheur de séduire, l’art de réussir, « Ecrire est un exercice difficile qui requiert à la fois de la légèreté et de la profondeur, de l’esprit et du tact, de la finesse et de l’à-propos. Dans la conversation, les mots sont soutenus ou contrebalancés par le regard, la voix, le geste. Sur une feuille de papier, ils sont seuls. D’où la puissance et la pérennité du verbe ! »  Ceci pour mettre en évidence cet énorme écart entre le blogueur et son texte. Or, c’est  au milieu des deux que se situe le lecteur. C’est donc de là que naissent les quiproquos dans la relation blogueur-lecteur.

La seule attitude, je pense, à adopter de part et d’autre pour ne pas mépriser l’effort, le temps et le sacrifice consentis par chacun est de « se mettre réciproquement dans la peau de l’autre » en écrivant ou en lisant un texte. Ce n’est pas évident, mais cela a le mérite de contribuer à préserver cette précieuse relation, car blogueurs et lecteurs forment deux faces d’une même pièce.

Dédié à Rita Flower, une fidèle lectrice !

12 Des réflexions sur “Blogueurs, vos lecteurs sont vos doubles !

  1. Ce n’est pas donné à tout le Monde d’avoir une telle interaction ou une telle connexion avec tes Lecteurs ou tes Lectrices sur ton Blog:Chroniques des Temps Nouveaux.C’est au Mondoblogueur(euse)de donner l’envie d’avoir envie de les lire,commenter et rester sur Mondoblog. Merçi pour cette dédicace dédiée aussi à tes Visiteurs et Visiteuses.

  2. Salut Ma Grande Rita,
    Merci d’avoir aimé ce billet. A peine ai-je publié sans même avoir partagé le lien ou même t’avoir invité à le lire tu y es allée. Ceci traduit à quel point tu es varment fidèle à mon blog et c’est ce que j’apprecie fortement.
    Je ne doute pas que comme toi, il y en ai plusieurs autres qui font preuve de si grande fidélité et attachement à mon blog et c’est à ceux-la, à vous tous que je pense en écrivant ce billet;
    Merci à vous qui me faites confiance et m’accordez votre précieux temps.
    Le meilleur reste à venir…
    Abientôt pour un nouveau billet.

  3. Ecrire, décrire, re-écrire pour être décrié et récrié, chacun a ses mots pour le dire. Emile Bela en a trouvé les siens, et il le dit si bien.

    Si lire permet en effet de s’informer, de se cultiver, écrire un un moyen pour projeter sur l’extérieur ce que nous avons dans notre plus profonds intérieur. Mais ce extérieur vers lequel nous nous projetons n’est très souvent pas docile. Mieux il « est agressif » comme le signifie Cheich Hamidou Kane.

    Si donc nous refusons de comprendre cet extérieur comme Bela le fait maintenant, nous risquons de nous retrouver repliés sur nous-mêmes avoir fait aucun effet sur le monde. Pourtant, en écrivant, c’est de toutes les façons, ce monde que nous tentons de redresser. Il faut donc savoir entretenir la relation Ecrivain-Lecteur.

    Chapeau à toi Bela.

    • C’est toujours fantastique de te lire Doh.
      Tu as une logique qui frappe par sa pertinence.
      La relation écrivain-lecteur est d’une extrême sensibilité et importance qu’il faut preserver.
      Merci encore d’être passé et à abientôt pour un nouveau billet.

      Amitiés

  4. Texte surtout trÈs bien écrit. Sur certains aspects du fond, je ne suis pas tout à fait d’accord.
    Par exemple, au début j’avais comme règle de ne pas me laisser mener par les désirs des lecteurs et des lectrices, on me demande parfois de parler du congo, mais mon blog est dédié au brésil, alors…
    Mais il ne faut pas être radical, c’est pourquoi j’ai créé une rubrique où je donne la parole aux lecteurs.
    L’un des blogs les plus populaires au Brésil a d’ailleurs la particularité que son auteur entretient une relation d’amour et de haine avec ses lecteurs, ils n’hésitent pas à s’insulter mutuellement un jour, et le jour d’aprÈs à rigoler sur un sujet. Le blog s’appelle étrangement « la confrérie des idiots ».
    C’est son charme 🙂
    mais chacun son style, je crois

    • Salut Mon Ami Serges,
      J’apprécie tes encouragements. Cependant, il me semble que tu n’as pas forcement perçu l’angle sous lequel je m’inscrivais. Je suis entièrement d’avis avec toi qu’il ne faut pas se laisser dicter ses articles par ses lecteurs, autrement vous n’existez plus, mais il faut écrire selon que vous le pensez.
      Ce que je dis est que même quand vous écrivez par vous même il faut éviter de s’en prendre au lecteur. Dans les commentaires ou à travers des billets. Imagine que dans ce billet, tu t’oppose à mes idées et que tu m’adresse des propos discourtois, plutôt que de te répondre par ces mêmes propos, ce que je devrais faire c’est opposer à eux des éclaircis qui sans doute ont manqué et qui t’aideraient à mieux me comprendre. Il faut et j’insiste la dessus, accorder un respect sans faille à son lecteur. Quand je le dis, ce n’est pas trop demander aux blogueurs parce que n’importe quel blogueur qui n’a pas la possibilité de le faire est tout sauf un blogueur.

      Merci d’être passé, frangin et abientôt pour un nouveau billet.
      Amitiés

  5. Le blogueur écrit pour le lecteur, ils sont liés par une seule chose: le blog. Et une remarque aussi douloureuse soit elle, ne doit en aucun cas ébranler le blogueur…même si les critiques doivent se faire de façon respectueuses et objectives.LE RESPECT DOIT PRIMER…

    • salut Christelle,

      tu fais juste de souligner le fait qu’il s’impose un respect indéniable entre le lecteur et le blogueur. j’espère que tout comme toi d’autre blogueurs comprendrons.
      merci d’être passé et abientot pour un nouveau billet.

      Amitiés

  6. Comme ce Beau Billet m’est dédié.Permet-moi de te livrer quelques impressions de Lectrice sur Mondoblog cher Emile. Certains Mondoblogueurs(euses)se fichent que vous les lisez ou laissez un commentaire sur leurs blogs.Ils se servent juste des lecteurs et des lectrices pour booster leur Cote de Popularité et avoir une image positive auprès de ceux qui les lisent.En général,ceux sont les memes qui supportent le moins la critique,un avis contraire ou différent d’eux.D’autres « extrémistes de la Pensée »qui se reconnaitront certainement vont jusqu’à supprimer vos commentaires et vous interdire d’en laisser sur leurs blogs.Il faut plus qu’un Plaidoyer pour que ceux concernés apprennent enfin à Respecter le Public et n’abusent pas du Pouvoir d’écrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*