Yehni Djidji, une icône de la blogosphère Ivoirienne #1

Web Actvistes, Web Editeurs, Web Evangelistes, Geeks, Community Managers, Entrepreneurs Sociaux… les termes pour les designer ne manquent pas. Eux, ce sont les inconditionnels du Web 2.0. Véritables agents de changement, ces hommes et ces femmes, par le moyen de la toile, impactent chaque jour la vie de milliers de personnes, directement ou indirectement. Parmi ces mordus de l’internet, il y a cette catégorie plus connue sous l’appellation de « blogueurs ». Certains vivent de leurs passions, d’autres pas. Mais tous ont un point de convergence. Ils racontent leurs quotidiens, dénoncent ce qu’ils considèrent comme anormal, partagent leurs vies privées, donnent leurs avis sur des sujets d’ordre politique, économique ou social, relatent des faits ou évènements vécus et surtout font des propositions tout en appelant à un engagement citoyen.

En Côte d’Ivoire, lorsqu’on parle des icônes de la blogosphère, un nom se distingue tout de suite : Yehni Djidji.

Yehni Djidji, Médaillée de Bronz aux Jeux de la Francophone 2013Crédit Image: Guillaumesoro.com

Yehni Djidji, Médaillée de Bronz aux Jeux de la Francophonie 2013
Crédit Image: Guillaumesoro.com

A l’ouverture de cette rubrique Interview destinée en priorité à interroger les pairs blogueurs sur leurs vies et leurs activités mais aussi d’autres personnalités ou simples lecteurs de mon blog sur des sujets divers, Yehni Djidji, malgré ses activités qui lui dévorent son temps, a bien voulu me faire l’amitié de répondre à mes questions :

Bonjour Yheni. Pour commencer, pouvez-vous nous dire, mes lecteurs et moi, qui est réellement Yehni Djidji ?

Bonjour, je suis Rosine Kakou ANO, une ivoirienne de 25 ans qui a étudié la communication, le marketing et le management, qui aime lire et écrire. Je suis mariée et je n’ai pas encore d’enfants.

Yehni Djdji, quelle est son appartenance religieuse et quelles sont ses convictions politiques ?

Je suis chrétienne. Je ne milite pas dans un parti politique.

Que considérez-vous comme votre plus grand défaut et votre plus grande qualité ?

Je préfère laisser le soin aux autres de le dire. Qualité ou défaut cela dépend des situations. Je suis têtue et certains appellent cela de la persévérance. J’espère avoir plus de qualités que de défauts en tout cas.

Comment vos amis et vos proches vous trouvent-ils et qu’en pensez-vous ?

Il faudrait les interroger.

On ne peut parler de Yehni Djidji sans parler de talent et qui dit talent dit Prix. Yehni, c’est aussi la littérature. Pouvez-vous nous parler des vos différents Prix en tant que blogueuse et auteure ainsi que de vos différentes œuvres ?

J’ai remporté la première place d’un prix de poésie en 2005, de deux prix dans le genre épistolaire en 2010 avec les concours « Adoras » des Nouvelles Editions Ivoiriennes (NEI) et d’un prix dans le domaine de la Nouvelle organisé par « Fraternité-Matin ». J’ai également été meilleure blogueuse de Côte d’Ivoire en 2011 et choix des internautes à cette même édition. Enfin, j’ai décroché la troisième place au concours scénario d’Afrique de 2011 (aujourd’hui appelé Global Dialogues). Cette année, j’ai encore eu la grâce de figurer parmi les 20 finalistes internationaux sur plus de 12500 textes reçus.

Quel est votre meilleur souvenir et votre plus grand regret à ce jour ?

J’ai plusieurs meilleurs souvenirs. Pour le moment, au risque de faire cliché, c’est le jour de mon mariage le plus intense. Mais chaque fois que j’ai la grâce de remporter un prix cela me procure beaucoup de joie. Mon plus grand regret est le fait de ne plus pouvoir partager mes meilleurs moments avec un être cher, qui est parti trop tôt.

Quelle est votre personnalité préférée et pourquoi ?

Je n’ai pas de personnalité préférée. J’ai certaines personnes qui m’inspirent dans un domaine ou dans un autre mais je ne puis me prononcer en termes de préférence.

En dehors du cadre professionnel, quelles sont les activités qui vous occupent le plus ?

Pour moi loisirs, professions et activités secondaires se confondent puisque le fil conducteur de toutes ces choses demeure l’écriture. Quand je n’écris pas, je lis ou je regarde un film. Pour me détendre je passe du temps en famille, ou avec des amis quand je peux.

Comment avez-vous vécu la guerre en Côte d’Ivoire ?

Comment peut-on vivre une guerre ? On l’a fait ou on l’a subit. Je crois l’avoir subit comme beaucoup de gens mais heureusement je suis encore là pour en parler. Cette guerre m’a fait réaliser la fragilité de nos acquis et la précarité de notre confort. Tout est vraiment vanité. Nous ne sommes pas toujours maître de notre destin. Une poignée d’hommes décident pour une multitude.

Quels commentaires faites-vous de la longue crise qu’a connu la Côte d’Ivoire de laquelle elle se remet progressivement et quelles propositions faites-vous pour une sortie de crise réussie ?

Je préfère m’abstenir de commentaires parce que je ne comprends plus cette crise et je me demande si je l’ai un jour comprise avec toutes les anguilles qui étaient cachées sous les roches. Les revendications parfois légitimes se sont mêlées aux ambitions politiques. Aujourd’hui justice, équité, querelles de personnes et d’égo se mélangent avec en filigrane le sang des victimes de tous les camps en présence et quelques marionnettistes qui tirent les ficelles. Je souhaite bon courage à la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation (CDVR).

Quel est votre point de vue sur l’homosexualité ?

Pour moi, l’homosexualité est une déviation, peu importe ces origines. Mes principes moraux et religieux m’empêchent d’envisager cette pratique comme normale. Cependant je suis foncièrement contre toute forme de violence physique ou verbale à l’égard des homosexuels.

Yehni Djidji en un seul mot, que serait-il ?

Complexe.

Lisez la 2ème partie dans deux jours

5 Des réflexions sur “Yehni Djidji, une icône de la blogosphère Ivoirienne #1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*