Cinq Jours de formation à pas de Cheval : que retenir ?

Réception de mon Diplôme de Fin de formation

Réception de mon Diplôme de Fin de formation

Le Vendredi 30 Août 2013 dernier, les lampions se sont éteints sur l’édition 2013 de l’Université d’été des Nations Unies à laquelle je me réjouis, encore une fois, d’avoir eu l’immense occasion de participer.

Pendant 5 jours, et ce à pas de cheval, les 96 délégués sur les 100 prévus pour participer -Les représentants du Ghana, du Cameroun, de la Syrie et de la Libye n’ayant pas pu effectuer le déplacement de New York- ont, parlant chacun au nom des jeunes de sont pays, évoqué les défis majeurs qu’ils rencontrent .

De retour en Côte d’Ivoire, il me semble utile de partager les grandes lignes de ces cinq jours de formation intense et au delà d’explorer les alternatives disponibles en vue d’actions collectives aussi bien en Côte d’Ivoire qu’au-delà.

Un aperçu des principales thématiques abordées

     Lundi  26 Août : Module 1 – Citoyenneté Mondiale

L’essentiel de ce module a consisté à identifier les différentes formes de stéréotypes qui existent au sein des communautés qui tendent à discriminer des groupes d’individus ou des minorités sur la base de leurs pratiques sociales, culturelles et ou religieuses et qui constituent une violation des droits de l’homme et une entrave à l’intégration.

Les trois sessions qui ont succédé à l’exposé du premier orateur étaient dans l’ordre :

1. Table ronde « De mes propres yeux », témoignages.

2. Mise en scènes « Jeux de Rôles sur l’identité et les perceptions », simulations.

3. Travaux en ateliers sur « les impacts personnels »,  partages d’expériences.

Travaux en Atelier

Travaux en Atelier

  Mardi 27 Août. Module 2 – Mobilisation des acteurs

Ce module a mis l’accent sur les stratégies de mobilisation des acteurs dans une campagne de changement social à travers les médias. Il s’est agit notamment d’apprendre aux participants les meilleures stratégies d’approche médiatique réussie. Les questions du types comment intéresser les médias à sa campagne ? Quelles approches adopter pour créer un buzz de sa campagne ? et bien d’autres, ont été abordées.

Les trois sessions qui ont succédé à la présentation introductive étaient :

1.  Plénière « Vérité et Compréhension » : approches critiques des médias.

2.  Panel « Médias sociaux et changement social de masse ».

3. Plénière « Techniques d’élaboration de message de campagne de changement social ».

 Nous avons en fin de cette journée eu droit à l’intervention de l’envoyé spécial du SG des Nations Unies pour les Jeunes qui nous a expliqué les actions menées par les Nations Unies en faveur des jeunes et les projets à venir en leur faveur.

      Mercredi 28 Août. Module 3 –  Compréhension et Modèle d’intégration réussie 

Ce module a essentiellement consisté en une visite de terrain. Les participants ont été divisés en 7 groupes au choix. Chaque groupe a visité une communauté de la ville de New York. Le groupe 1 auquel j’appartenais a visité la Communauté Afro-Américaine dans le quartier de Harlem. Nous avons eu l’occasion de parcourir les endroits qui constituent les points clés de la lutte Afro-Américaine pour les droits civic. Nous avons surtout visité le mythique endroit où Martin Luther King a tenu son mémorable discours ‘I have a Dream’, ainsi que ceux de Malcom X et autres.

Harlem, sur les traces de Martin Luther King

Harlem, sur les traces de Martin Luther King

Les échanges avec les responsables des communautés Noirs et certains habitants de Harlem nous ont permis de comprendre leurs quotidiens d’hier à aujourd’hui et surtout de dissiper des préjugés formulés sur cette partie de la population Américaine.

Le moment clé de cette journée et surtout de toute cette semaine de formation a été la visite guidée du siège des Nations Unies suivie de 4h d’échanges (de 14h à 18h) à l’Assemblée Générale des Nations Unies. Nous avons eu « l’unique opportunité », selon les termes du Haut Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Alliance des Civilisations, anciennement président de l’Assemblée Générale de l’ONU, SEM Nassir Abdulaziz Al-Nasser, « d’être au cœur du dispositif  des Nations Unies et d’interagir avec ses plus hauts responsables ». Chaque participant représentait son pays et était traité comme tel. Le SG SEM Ban Ki Moon annoncé ayant eu un empêchement de dernière minute qui l’avait conduit au Pays Bas, c’est avec le SGA SEM Jan Eliasson que les échanges ont eu lieu.

Les principaux interlocuteurs étaient le SGA des Nations Unies, la Chargée des Affaires Politiques des Nations Unies, le Directeur Adjoint Chargé des Politiques pour la Campagne du Millénaire du PNUD, le Haut Représentant du SG pour l’Alliance des Civilisations, le Directeur de l’Alliance des Civilisations des Nations Unies, le Directeur de l’ONG World Vison représentant des ONG au sein des Nations Unies.

Plusieurs questions ont suivi les différents exposés dont entre autres : Quel est le rôle des Nations Unies dans le conflit en Syrie ? Quel est le rôle des Nations Unies dans la crise en Egypte ? Quelles stratégies de l’ONU pour ‘laver’ son image de plus en plus moins reluisante après les cas du Congo, de la Côte d’Ivoire et bien d’autres ? Comment les jeunes peuvent faire entendre leurs voix à un niveau international notamment auprès de l’ONU? Que peut-on attendre après l’échéance de 2015 pour la mise en œuvre des OMD ? Comment l’ONU peut ‘influencer’ les Etats de sorte à les amener à mieux prendre en compte dans leurs politiques de développement la question des jeunes ? Quelles contributions peuvent apporter les Nations Unies dans la mise en œuvre des OMD dans les Etats à revenus fragiles comme le soudan? En quoi consiste « la Responsabilité de Protéger » définie par les Nations Unies comme instrument pour intervenir dans les conflits comme ceux en Cote d’Ivoire ou au Soudan et autres ? 

Avec Mon collègue représentant du Vietnam

Avec Mon collègue représentant du Vietnam

  Jeudi 29 Août. Module 4 – Stratégies d’actions des jeunes

Au cours de ce module, les participants ont été mis en situation. L’objectif visé était de leur apprendre les techniques et stratégies qui marchent dans une perspective d’actions visant le changement social. Les différentes sessions étaient :

1. Table ronde « Défis majeurs d’envergure mondiale » : de la xénophobie à l’extrémisme.

2.Travaux en atelier « Plaidoyer des Politiques » : Stratégies pour des actions sociales et le changement.

3.Présentation « les facteurs clés de la paix » : Les droits de l’homme, l’égalité et l’absence de violence.

4.Travaux en atelier « Négociation pour la construction de la paix et la coopération ».

      Vendredi  30 Août. Module 5 – Stratégies d’actions des jeunes

Ce dernier module a mis l’accent sur l’impact que peut ou doit produire les actions des jeunes en faveur du changement social. Les principales sessions étaient :

1. Travaux en atelier « Les fondamentaux de l’Entrepreneuriat social ».

2.Étude de cas 1« Pensée stratégique et résolution de problèmes à l’échelle internationale ».

3.Étude de cas 2 «  Présentations et critique des pairs ».

4.Compétition du meilleur projet de campagne de changement jeune.

 Dans le cadre de cette compétition, 10 groupes ont été constituées. Chaque groupe avaient 1h30 minutes pour élaborer une stratégie de campagne pour stimuler les prises d’initiatives par les jeunes dans une perspective de changement suivant une problématique qu’ils auront identifiés comme cruciale. Chaque groupe avait ensuite 5 minutes pour présenter en plénière devant les organisateurs et le jury de 4 membres sa stratégie de campagne. Les supports étaient soit la vidéo, les images ou les mises en scènes.

À l’issue des présentations, les deux meilleurs groupes étaient :

     Le groupe 9 : Ils avaient pour thème de campagne : « You think You can Do » qui voulait dire « tu pense, tu peux le faire ». Il s’agissait d’un appel aux jeunes pour dire quoique vous pensiez vouloir changer dans votre communauté dès l’instant où vous y pensez, vous pouvez le faire.

     Le groupe 7 (auquel j’appartenais) avait pour thème « Don’t Complain, Act » qui voulait dire « Ne te plains pas, agit ». Notre message était que peu importe ce que chaque jeune déplore dans son pays, la meilleur façon d’amener le changement c’est d’agir et non de s’en plaindre.

 Le dernier temps fort de ces cinq jours a consisté en une exposition par chaque participant sur ce que son pays a de meilleur et pourquoi d’autres devraient le visiter…

Un aperçu de mon Stand quoique vidé de ses objets

Un aperçu de mon Stand quoique vidé de ses objets

 ( Dans le prochain billet, je reviendrai sur notre message de campagne, sur les messages forts et les appels des principaux interlocuteurs à l’endroit des jeunes et surtout sur les actions à venir que nous envisageons d’entreprendre) en espérant que plusieurs jeunes puissent y trouver une source de motivation pour continuer dans leurs actions quotidiennes en tant qu’agents de changement.

 

 

 

 

14 Des réflexions sur “Cinq Jours de formation à pas de Cheval : que retenir ?

    • Salut Limoune,
      Je vois que tu es bien informée. Oui effectivement en ce moment nous essayons de mettre en place une plateforme des alumni pour l’Afrique et au niveau mondial nous travaillons sur l’organisation un atelier qui se tiendrait probablement au Portugal en 2014. Il y a donc effectivement plusieurs choses qui se font en commun.
      Merci d’être passée.
      Abientôt pour l’autre billet.

  1. Super Emile ! J’ai ete deconnectee pendant longtemps et la je me rattrapre « goulement »
    J’aime beaucoup la logique Don’t complain, Act. Je suis fatiguee de lire les plaintes des gens. Ce genre de travail que tu as effectue est tres empowering ! Et maintenant, tu sais comment agir : Bravo !

  2. Pingback: Université d’Eté des Nations Unies, Edition 2014 : Quelques suggestions pour votre candidature ! | Chronique des Temps Nouveaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*